Composition


Escena I [TEASER] – Ana Parejo Belando
Escena I – Ana Parejo Belando
Mamá (Casa) – Ana Parejo Belando
Iaia (Casa) – Ana Parejo Belando

Écoute-moi


On n’entend rien dans ce bocage – Sébastien Le Camus
Nana – Manuel de Falla
Danses populaires roumaines – Béla Bartók
El Paño Moruno – Manuel de Falla
Asturiana – Manuel de Falla
Rapsodie – C. Debussy
The garden of love – JacobTV
Chant du ménestrel – A. Glazunov
Parable XI – V. Persichetti
NATURSTUDIUM (b) – Luis Tabuenca
Portrait – Jaques Wildberger

Presse


“Le contraste ne pourrait être plus grand lorsque Ana Parejo Belando dépose son saxophone alto pour continuer à briller en tant que soprano. En un clin d’œil, le public est transporté au XVe siècle, à l’apogée de la Renaissance, avec la chanson “Ay triste que vengo” de Juan de la Encina (1468-1529), que l’artiste interprète avec un son de cloche.

Avec une chanson du Moyen Âge, “El baxel està en la playa”, sur une musique de Gabriel Bataille (1575-1630), la chanteuse et ses compagnons se mettent définitivement le public dans la poche. C’est la preuve que la musique n’a pas de date de péremption, surtout quand, comme dans cette chanson, elle parle d’amour”.

PARTIE DU COMPTE-RENDU DE CHRISTINA BURGHAGEN POUR LE MAGAZINE “BERNER OBERLÄNDER” DU CONCERT DONNÉ AVEC LE QUATUOR AMAPOLA AU FESTIVAL SUISSE DE MUSIQUE DE CHAMBRE, FRUTIGEN LE 14 SEPTEMBRE 2023

“Parejo a eu sa chance de briller plus tard, livrant un long solo captivant, plein de battements, culminant dans une séquence incroyable réalisée dans un bol d’eau, produisant une délicieuse et étrangement émouvante série de bulles sonores impénétrables.”

PARTIE DE LA REVUE DE S. CUMMING DANS LE MAGAZINE “5 : 4” À PROPOS DE LA PREMIÈRE DE L’OPÉRA CONTEMPORAIN HOR DE LUIS TABUENCA AU FORUM WALLIS (SUISSE), QUI A EU LIEU DU 6 AU 10 JUIN 2019.

“Parejo a interprété le Chant du Ménestrel de Glazounov, original pour violoncelle et orchestre, arrangé pour saxophone et piano par le même lauréat, et la Rhapsodie de Debussy pour saxophone et orchestre, adaptée pour saxophone et piano. La première est une œuvre délicieuse, triste et cinématographique, parfaite pour une journée nuageuse et sombre comme mardi, la seconde est frénétique, pleine d’énergie et de contrastes. Le saxophoniste a fait preuve d’une grande maîtrise de l’instrument en adaptant les volumes et le son du piano avec un excellent phrasé.”

PARTIE DE LA REVUE DE PAU REQUENA POUR LE MAGAZINE “NÚVOL” DU CONCERT TENU DANS LA SALLE 4 DU L’AUDITORI de BARCELONA LE 20 OCTOBRE 2020.